Bio

Biographie

Déjà passionné de musique, Luc Diabira découvre la batterie vers l’âge de 14 ans après avoir assisté à son premier concert, le groupe YES au palais des sports de Paris. Il prend des cours particuliers avec Jean-Claude Marchand, puis s’inscrit trois ans plus tard au conservatoire de percussions classique à Puteaux avec Alain Zing.

Premières expériences de la scène avec « Arbracam » un groupe de copains de Nanterre dans les MJC.

En 1980, il rencontre le batteur Mokhtar Samba, qui lui recommande l’école de batterie Emmanuel Boursault à Paris. Il y reste élève 2 ans et complète cette formation avec les cours de caisse claire dispensés par Guy Lefèvre. Parallèlement, il étudie le piano classique au conservatoire de Puteaux avec Josette Chossat.



Bio

arrow
arrow

En 1984 , il débute avec Azikmen, groupe de reggae de la région parisienne.

En 1985, Azikmen et Sapho, chanteuse de rock-Oriental, se rencontrent sur un festival à Bobigny.

Après une audition, Sapho engage la rythmique d’Azikmen. Avec elle, Luc parcourt le monde sur des scènes internationales, des salles parisiennes (Bataclan, Olympia, La Cigale), participe à un album live
et à ses albums studio. Fin de cette belle aventure en 1995. À cette période, il fréquente aussi les pubs, caves de jazz et autres lieux de Paris. Finn Martin, un ami saxophoniste lui présente le chanteur
et acteur David Soul, qu’ils accompagnent sur des concerts et sur un album enregistré au studio Davout, à Paris, avec en invité exceptionnel Monty Alexander au piano et aux arrangements.

Suit une série de concerts avec le groupe Au P’tit Bonheur et d’autres avec YUBA, « une magnifique formation world music dont le leader était William Baldé. ».

Dans un club parisien, avec le pianiste Loulou Laguerre, il rencontre, Graeme Allwright. Avec ce véritable passionné de jazz, il fera des concerts à travers la France pendant 4 ans.

Bio

Biographie

Luc qui vit depuis 1995 en Charente-Maritime poursuit son parcours musical avec le chanteur Jean-Marc Desbois, dans une formation Big band dirigée par Michel Delage.

Il participe aussi à des enregistrements pour différents artistes au studio l’Alhambra à Rochefort : tels la jeune chanteuse québécoise Manon Seguin, le projet du Phare du bout du Monde avec Pascal Ducourtioux, l’auteur et interprète Camel Arioui, Phil Caporn chanteur et Lucia korosiova, chanteuse contrebassiste.

Avec le groupe John Doe de Poitiers formé par Jeff Magidson, il participe à de nombreux concerts, festivals et à l’enregistrement d’un album en 2003.

Luc développe une formule Master-Class / Concert au Jam Pub de La Rochelle avec des musiciens invités. Ce projet donnera naissance au collectif “Groove on the Top”, avec une section de quatre cuivres, sur une idée du sonorisateur Christian Parrot.

En 2005, la rencontre avec Ronnie Caryl se prolonge par des festivals, concerts et enregistrements publics.

Il remplace occasionnellement Émile Biayenda le batteur d’Idy Oulo chanteur Camerounais et Mounira Michala chanteuse Tchadienne.
Retour au jazz, depuis 2007 avec la harpiste Magali Zsigmond en formation trio.

Il accompagne le chanteur guitariste camerounais Eitel Mbeyo’o dans une résidence suivie d’un concert au Camji, à Niort. Et s’investit dans un projet collectif régional, Ecolosong, sur des compositions originales de Patrick Bujard. Il est invité régulièrement par Marc Loy chanteur et guitariste, organisateur de Jams à Paris.

En studio, résidence et concerts il participe au projet Itha, du chanteur et auteur Jean Moulineau.

Luc créé plusieurs spectacles avec le réseau d’éveil à la petite enfance sur la découverte des sons. Les écoles de musique, les conservatoires ainsi que les responsables des formations DEM* musiques actuelles l’invitent régulièrement à venir évaluer, encourager et conseiller les élèves batteurs.

* Diplôme d’Études Musicales